Une inscription dune petite cité de code promo l'oréal paris Sicile, Nakônè, à lépoque hellénistique, donc deux ou trois siècles plus tard, en témoigne dune façon particulièrement étonnante .
De toute façon, la démocratie athénienne ne sarrête pas avec la bataille de Chéronée, en 338.
Un changement de perspective apparaît avec les modes suivants, qui reposent sur la nécessité que représente la force : il sagit du pouvoir du maître sur les esclaves et du pouvoir des forts sur les faibles.
Mais la délibération elle-même revenait au peuple réuni dans lEcclesia.Platon, semble-t-il, assimile ici le philosophe-roi de la République et la construction des Lois.Les candidats à la magistrature n'étaient pas si nombreux qu'on pourrait le croire, car il fallait passer une année entière au service de l'Etat en délaissant ses affaires privées.Lune se fonde sur les règles des probabilités et statistiques, lautre sur le principe du mandat.Une autre version de la légende veut que Polynice et Etéocle aient accepté dexercer à tour de rôle la royauté à Thèbes, selon un processus dalternance bien attesté dans lantiquité, mais quEtéocle, le premier à avoir exercé le pouvoir, ait refusé de le rendre.Clisthène (508/507 lun des «chefs du peuple transforme le système, à partir des «dèmes village ou commune où les citoyens sont inscrits à leur majorité (Socrate était du dème dAlôpékè).Larchéologue américain Sterling Dow 11 y a repéré à trois reprises le mot klèrôtèrion, employé dans la Constitution dAthènes, et auquel on donnait le sens de «salle pour le tirage au sort».
Le rapport entre luttes fratricides, guerre civile et sort de lÉtat est attesté aussi à diverses reprises dans la réalité politique du monde grec antique.
La part du tirage au sort est minime, tant le tirage au sort, pour reprendre lexpression qui qualifiait la réforme de Solon, est effectué à partir dun groupe restreint de gens préalablement choisis.
Lélection nétait pas absente.
Une autre inscription en donne un témoignage très curieux, à propos, cette fois, de la démocratie athénienne classique .La réconciliation des citoyens de Nakônè, patronnée par les dieux, sous légide darbitres étrangers, par des tirages au sort officiels créant entre les anciens ennemis des relations dalliance, ou plutôt de consanguinité fictive, est comme une contrepartie réussie du loto tragique des.A léchelle dune petite société, cest concevable, mais dès que le nombre croît et que lespace sur lequel est répartie la population est étendu, la difficulté devient insurmontable.Tout aussi illégitime est lélection, par exemple, si ceux qui élisent sont «nimporte qui».Choisir le meilleur, dans les épopées homériques, notre premier texte conservé 4, le tirage au sort est attesté pour le choix des jeunes gens quon envoie à la guerre ou fonder une colonie, selon une pratique fréquente dans le monde entier à toutes époques,.Le tirage au sort obligeait pratiquement tous les citoyens à exercer un jour ou l'autre une fonction politique.Comme cela se passe chez Homère, le choix a lieu parmi un groupe préalablement distingué, ce que le vocabulaire politique appellera un «tirage au sort à partir dun groupe préalablement sélectionné» (Aristote, Constitution dAthènes, viii, 1 ici celui des meilleurs guerriers, les aristoi.Il est certain que le tirage au sort n'aboutit pas nécessairement à la désignation du plus méritant, ou du plus compétent, alors qu'une une "élection" permet de "choisir" parmi des candidats potentiels.Ce serait une autre histoire que dévaluer les heurs et malheurs du tirage au sort dans lAthènes hellénistique, selon les orientations plus ou moins oligarchiques, plus ou moins démocratiques, des régimes successifs, heurs et malheurs qui sont dailleurs plus ou moins bien connus.Dans la Grèce antique, politique et religion étaient intimement liées.On jette dans un casque des sorts inscrits ( klèroi on les secoue, ce que décrit le vers formulaire : «Ils prirent les sorts et les secouèrent dans un casque armé de bronze» (.Dans la Constitution dAthènes le mot «tiré au sort» revient donc sans cesse dans la seconde partie du traité, pour «toutes les magistratures ordinaires» (c.Si ce postulat se vérifiait, laccord devrait exister entre la volonté populaire et les décisions de ses représentants.Ce groupe statistiquement representatif institutionnalisé, donnerait beaucoup moins de poids aux sondages.


[L_RANDNUM-10-999]